Bajul In Japan

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi, octobre 13 2009

Le retour en Suisse

Voilà, si les cocos passent ici, on dira que j'écris pour eux... et sinon je m'en fous, je soliloque...



Alors voilà déjà....2 mois et demi depuis mon retour. La fac repris, j'ai du retourné bosser, maintenant privé de cette bourse tellement magnifique, et je passe autant de temps que possible à m'entraîner... au foot US. On se fait péter au championnat cette année, faute d'avoir un QB... forcément. Les japonais par contre ont gagnés leur deux premiers matchs... mais comme d'habitude ils ne me donnent aucune nouvelle eux même... m'enfin!

Pour m'entaîner au dessin, je pense m'imposer de continuer des strips sur tout ce que je n'avais pas raconté sur le Japon. ^_^ Il y a de quoi faire... tenté de dessiner les gens que je connaissais là-bas sans qu'ils me maudissent par la suite... en attendant comme je n'ai que ça, je poste un dessin que je viens de finir pour une amie qui veut se le faire tatouer. (crayon/encre/ toshop souris)



A bientôt le monde.... ou les Cocos....ou moi-même....

vendredi, juin 5 2009

Désolé

S'il y a encore des gens qui viennent prendre de mes nouvelles ici, vraiment désolé de ne rien poster. Pour une fois je suis super actif, j'ai pas le temps de glander et du coup pas non plus la motivation pour dessiner. Je résume vite fait les nouvelles:



-Je suis au foot US tous les jours après les cours. On a des matchs de présaisons, je ne devrais pas y participer mais j'ai fait des scrimmages. J'arrête le club dans 3 semaines pour préparer mes derniers examens et mon retour. =D

-Je suis en examens de mi-semestre, c'est galère xD

-A priori, je devrais rentrer le 1er ou le 2 août

-la saison des pluie à commencé donc là il pleut

-Miaou!

A tchao bon week-end!

En attendant, amusez.-vous avec le meilleur trip jap de l'année; les pubs d'un opérateurs téléphonique (softbank) mettant en scène une famille avec la fille, la mère, le frère (le noir) et le père (le chien!).

ICI

mercredi, mai 6 2009

Golden week

Bon bah c'est la golden week, tout congé.... alors au club ils compensent par des entraînements, on revient d'un camp de trois jours et je suis mort!



En attendant je mets juste un truc pour l'anniversaire de mon papa, comme le téléphone a pas voulu coopérer plus de trois minutes. =)



Tiens bon mon vieux ^^

mercredi, avril 29 2009

La rrroutine habituelle quoi!


...Mais aucune des chaussures que j'ai voulu acheter jusque là n'étaient disponibles à ma pointure... 44.5 seulement pourtant. Pays de nains!



Voilà, désolé mais là je reprends, alors je suis balancé entre les cours et les entraînements, pas de grande nouvelle, pas de grosses bétises.

lundi, mars 16 2009

Hokkaidou Trip 2/2

Voilà, voilà, désolé pour le retard. Je ne vais pas vous ressortir ma non-excuse habituelle de la glande, car là je suis bien over-booké, mais désolé quand même.

 

On en était donc resté à Sendai, d’où la vraie aventure commençait, vu qu’à partir de la on avait plus rien prévu correctement (mais en même temps même en prévoyant le bus, on l’avait loupé alors…). Après avoir trouvé une auberge où l’on resta deux nuits, on s’adonna à du bon vieux tourisme pendant notre journée sur place.

 

Les choses se sont un peu corsées lorsque l’on fit notre première tentative d’auto stop pour continuer plus au nord. Décidant de tenter notre chance prêt de l’entrée de l’autoroute, on avait pris un bus jusque là-bas pour nous mettre en place… malheureusement il s’avéra vite que l’autoroute ne différait en fait de la route qui y menait que par son péage, seul endroit ou les voitures s’arrêtaient. Encore plus malheureusement, à côté du péage se trouvait un poste de police dont les occupants nous ont tout de suite fait comprendre qu’ils ne nous toléreraient pas à proximité. Il fut donc nécessaire de trouver une position hors de vue, mais où les voitures pouvaient s’arrêter. Ceci fait (avec plus ou moins de brio), on enchaînait les tours de stop par groupe de deux, pour avoir nos chances, alors qu’il était aux environs de midi.

 

Inutile de préciser que deux gaijins mâles dans la force de l’âge (et donc potentiellement dangereux) au bord de la route ça n’attirait pas particulièrement les nippons. Pourtant, quelques irréductibles sympathisants des « étrangers qui ne font pas comme tout les monde » s’arrêtèrent quand même pour nous demander où nous allions. Mais qui aurait l’idée d’aller au nord, en cette saison, en voitures ? Pas des Japonais ; les vacances au ski ça se fait en train, et donc tous ces gentils japonais fuyaient vers le sud. Ainsi, après deux bonnes heures infructueuses, on décida de changer de position. Car il fallait l’avouer, celle-ci n’était pas très adéquate non plus. On se dirigea donc vers l’entrée de la route qui mène à l’autoroute. Le problème était que, ce faisant, l’arrêt devenait certes plus simple pour les véhicules, mais les destination possible des automobilistes décuplaient (ouais décuplaient, comme dans dragonball !). Et bon, j’vais pas me retaper un paragraphe entier, ce fut un cuisant échec. On reprit donc le bus pour la ville, résignés à prendre le bus jusqu’à Aomori, d’où l’on devrait de toute manière prendre le ferry pour aller à Hokkaidou.

 

Il était déjà 17h à notre arrivée à l’office du tourisme de la gare de Sendai, et nous fûmes chanceux de pouvoir monter dans le dernier bus pour Aomori. Le trajet durait presque 5 heures et l’on en profita pour se reposer, bien décidés à rattraper le prix du bus en sautant l’hôtel et passant la nuit à fêter dehors.

 

Cependant… à notre arrivée, il s’avéra que Aomori un samedi soir ressemblait à peu prêt à une ville fantôme de western spaghetti. La différence, c’est que c’était une ville fantôme avec une tempête de neige… exit donc la fête, on chercha simplement à s’abriter jusqu’au départ du premier ferry à 5h30 le lendemain. Notre sauveur se nommait Yoshinoya ! (Le fast-food japonais de gyuudon qui sauve les gens affamés 24/24) Après y avoir mangé (quand même), on s’y reposa jusqu’au matin.

 

La suite se déroula sans encombre pour quelque temps, on a eu la ferry, on est bien arrivé à Hakodate ou l’on a trouvé une auberge de jeunesse sympa, fait du tourisme et mangé en quantité.

 

Arrive alors la seconde tentative d’auto stop. A « seulement » 300km de notre destination finale Sapporo, qui est d’ailleurs la seule mégalopole de l’île, nous nous attendions à pouvoir facilement, même si cela devait se faire à sauts de puces, atteindre notre but. Esquissant nos plus beaux sourires, nous commencions alors notre second essai.

 

Mais que nenni ! Le Japonais n’est pas habitué à l’autostoppeur gaijin qui l’assaille, et les sympathiques habitants de Hakodate évitaient de croiser notre regard pendant plus de 2h et demie. Entre temps, l’impatience croissant, nos beaux sourires s’étaient lentement mutés en visages hargneux et l’on devait alors plus ressembler à de dangereux psychopathes qu’à de gentils voyageurs… mais après tout, faisaient-ils la différence ?

 

En tout cas, c’est dans ces conditions qu’une vieille femme nous prenant en pitié s’arrêta. Elle qui ne comptait pas quitter la ville, en plus de nous embarquer tous les quatre, nous emmena sur plus de 100km, s’arrêtant en plus pour nous faire goûter du vins de la région (infect mais c’est l’intention qui compte) et voir un mini musée sur les algues comestibles « konbu ». Car comme d’habitude les japonais ne faisant pas dans la demie mesure, soit ils sont insupportablement fermés soit ils sont tellement gentils qu’ils vous mettent mal à l’aise pour trois générations. Ainsi, en plus de tout cela, notre sauveuse nous aida encore à trouver quelqu’un pour nous emmener à destination. Par chance, sur une aire de repos dans le trou du cul du monde, on trouva un jeune otaku qui rentrait justement chez lui à Sapporo. Oui, là on me dira que c’est pas crédible un otaku aussi loin de son repaire… sauf que là nous avions affaire à une exception (j’aime pas ce mot) puisqu’il était employé par un « game center » pour remplir les machines faisant gagné des peluches, poupées et autres jouets à tous les petits otakus de l’île.

 

Commençait alors un trajet de 4 heures (oui, pour 200km, bienvenue au Japon), ou plutôt pour ma part le plus gros marathon de conversation en Japonais que je n’aie jamais eu. 4 heures de discussions sur à peu prêt tout avec notre sauveur jusqu’à avoir la gorge aussi sèche que le Sahara en plein mois de juillet, et ce malgré une bouteille de coca qui ne fit pas long feu. C’était tout de même carrément plaisant, en plus de nous éviter les frais de transport.

 

Ainsi se termine nos péripéties. On est arrivé sans encombre à Hokkaidou, on a pu voir le festival de la neige, et on a dormi dans un hôtel capsule jusqu’à notre retour en avion cinq jours plus tard. Entre temps, on a fait du tourisme au alentours (neige, glace, neige, glace, fabrique de bière), on a vidé un restaurant de viande à volonté (2 fois) et leur réserve d’alcool parce que y avait boisson à volonté aussi, on a été un peu pompettes, et surtout on a bien ri.

mercredi, février 4 2009

Vacances!

Yeaaaaah ça y est! J'ai rendu mon dernier papier du semestre! Dans environ 4 heures je pars pour Un gros trip "à la one again" Jusqu'à Hokkaïdô, dans le grand froid pôlaire japonais. Je serai loin jusqu'au 15, alors pour une fois ça me fera une excuse pour le manque de dessin. Mais comme je serai encore en vacances pour un bon moment à mon retour je promets de redessiner (et envoyer des cartes postales pour ceux qui sauront que je parle d'eux)... 



En attendant, bon froid hivernal à tous! \o/