Bajul In Japan

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi, juin 5 2009

Désolé

S'il y a encore des gens qui viennent prendre de mes nouvelles ici, vraiment désolé de ne rien poster. Pour une fois je suis super actif, j'ai pas le temps de glander et du coup pas non plus la motivation pour dessiner. Je résume vite fait les nouvelles:



-Je suis au foot US tous les jours après les cours. On a des matchs de présaisons, je ne devrais pas y participer mais j'ai fait des scrimmages. J'arrête le club dans 3 semaines pour préparer mes derniers examens et mon retour. =D

-Je suis en examens de mi-semestre, c'est galère xD

-A priori, je devrais rentrer le 1er ou le 2 août

-la saison des pluie à commencé donc là il pleut

-Miaou!

A tchao bon week-end!

En attendant, amusez.-vous avec le meilleur trip jap de l'année; les pubs d'un opérateurs téléphonique (softbank) mettant en scène une famille avec la fille, la mère, le frère (le noir) et le père (le chien!).

ICI

mercredi, avril 29 2009

La rrroutine habituelle quoi!


...Mais aucune des chaussures que j'ai voulu acheter jusque là n'étaient disponibles à ma pointure... 44.5 seulement pourtant. Pays de nains!



Voilà, désolé mais là je reprends, alors je suis balancé entre les cours et les entraînements, pas de grande nouvelle, pas de grosses bétises.

mercredi, mars 25 2009

No pain no gain (1)
































Reprise des entraînements au début de moi de mars, les japonais sont toujours aussi motivés, et moi avec. En tout cas ils ne manquent pas d'imagination pour la condition physique. Le onbu, les chambres à airs de vélo avec un copain qui tire quand on court, ou les montées/descentes des escaliers de l'université, on s'ennuie pas. 180 yards en pas de géants avec un gulu sur le dos, c'est jouissif...


lundi, mars 16 2009

Hokkaidou Trip 2/2

Voilà, voilà, désolé pour le retard. Je ne vais pas vous ressortir ma non-excuse habituelle de la glande, car là je suis bien over-booké, mais désolé quand même.

 

On en était donc resté à Sendai, d’où la vraie aventure commençait, vu qu’à partir de la on avait plus rien prévu correctement (mais en même temps même en prévoyant le bus, on l’avait loupé alors…). Après avoir trouvé une auberge où l’on resta deux nuits, on s’adonna à du bon vieux tourisme pendant notre journée sur place.

 

Les choses se sont un peu corsées lorsque l’on fit notre première tentative d’auto stop pour continuer plus au nord. Décidant de tenter notre chance prêt de l’entrée de l’autoroute, on avait pris un bus jusque là-bas pour nous mettre en place… malheureusement il s’avéra vite que l’autoroute ne différait en fait de la route qui y menait que par son péage, seul endroit ou les voitures s’arrêtaient. Encore plus malheureusement, à côté du péage se trouvait un poste de police dont les occupants nous ont tout de suite fait comprendre qu’ils ne nous toléreraient pas à proximité. Il fut donc nécessaire de trouver une position hors de vue, mais où les voitures pouvaient s’arrêter. Ceci fait (avec plus ou moins de brio), on enchaînait les tours de stop par groupe de deux, pour avoir nos chances, alors qu’il était aux environs de midi.

 

Inutile de préciser que deux gaijins mâles dans la force de l’âge (et donc potentiellement dangereux) au bord de la route ça n’attirait pas particulièrement les nippons. Pourtant, quelques irréductibles sympathisants des « étrangers qui ne font pas comme tout les monde » s’arrêtèrent quand même pour nous demander où nous allions. Mais qui aurait l’idée d’aller au nord, en cette saison, en voitures ? Pas des Japonais ; les vacances au ski ça se fait en train, et donc tous ces gentils japonais fuyaient vers le sud. Ainsi, après deux bonnes heures infructueuses, on décida de changer de position. Car il fallait l’avouer, celle-ci n’était pas très adéquate non plus. On se dirigea donc vers l’entrée de la route qui mène à l’autoroute. Le problème était que, ce faisant, l’arrêt devenait certes plus simple pour les véhicules, mais les destination possible des automobilistes décuplaient (ouais décuplaient, comme dans dragonball !). Et bon, j’vais pas me retaper un paragraphe entier, ce fut un cuisant échec. On reprit donc le bus pour la ville, résignés à prendre le bus jusqu’à Aomori, d’où l’on devrait de toute manière prendre le ferry pour aller à Hokkaidou.

 

Il était déjà 17h à notre arrivée à l’office du tourisme de la gare de Sendai, et nous fûmes chanceux de pouvoir monter dans le dernier bus pour Aomori. Le trajet durait presque 5 heures et l’on en profita pour se reposer, bien décidés à rattraper le prix du bus en sautant l’hôtel et passant la nuit à fêter dehors.

 

Cependant… à notre arrivée, il s’avéra que Aomori un samedi soir ressemblait à peu prêt à une ville fantôme de western spaghetti. La différence, c’est que c’était une ville fantôme avec une tempête de neige… exit donc la fête, on chercha simplement à s’abriter jusqu’au départ du premier ferry à 5h30 le lendemain. Notre sauveur se nommait Yoshinoya ! (Le fast-food japonais de gyuudon qui sauve les gens affamés 24/24) Après y avoir mangé (quand même), on s’y reposa jusqu’au matin.

 

La suite se déroula sans encombre pour quelque temps, on a eu la ferry, on est bien arrivé à Hakodate ou l’on a trouvé une auberge de jeunesse sympa, fait du tourisme et mangé en quantité.

 

Arrive alors la seconde tentative d’auto stop. A « seulement » 300km de notre destination finale Sapporo, qui est d’ailleurs la seule mégalopole de l’île, nous nous attendions à pouvoir facilement, même si cela devait se faire à sauts de puces, atteindre notre but. Esquissant nos plus beaux sourires, nous commencions alors notre second essai.

 

Mais que nenni ! Le Japonais n’est pas habitué à l’autostoppeur gaijin qui l’assaille, et les sympathiques habitants de Hakodate évitaient de croiser notre regard pendant plus de 2h et demie. Entre temps, l’impatience croissant, nos beaux sourires s’étaient lentement mutés en visages hargneux et l’on devait alors plus ressembler à de dangereux psychopathes qu’à de gentils voyageurs… mais après tout, faisaient-ils la différence ?

 

En tout cas, c’est dans ces conditions qu’une vieille femme nous prenant en pitié s’arrêta. Elle qui ne comptait pas quitter la ville, en plus de nous embarquer tous les quatre, nous emmena sur plus de 100km, s’arrêtant en plus pour nous faire goûter du vins de la région (infect mais c’est l’intention qui compte) et voir un mini musée sur les algues comestibles « konbu ». Car comme d’habitude les japonais ne faisant pas dans la demie mesure, soit ils sont insupportablement fermés soit ils sont tellement gentils qu’ils vous mettent mal à l’aise pour trois générations. Ainsi, en plus de tout cela, notre sauveuse nous aida encore à trouver quelqu’un pour nous emmener à destination. Par chance, sur une aire de repos dans le trou du cul du monde, on trouva un jeune otaku qui rentrait justement chez lui à Sapporo. Oui, là on me dira que c’est pas crédible un otaku aussi loin de son repaire… sauf que là nous avions affaire à une exception (j’aime pas ce mot) puisqu’il était employé par un « game center » pour remplir les machines faisant gagné des peluches, poupées et autres jouets à tous les petits otakus de l’île.

 

Commençait alors un trajet de 4 heures (oui, pour 200km, bienvenue au Japon), ou plutôt pour ma part le plus gros marathon de conversation en Japonais que je n’aie jamais eu. 4 heures de discussions sur à peu prêt tout avec notre sauveur jusqu’à avoir la gorge aussi sèche que le Sahara en plein mois de juillet, et ce malgré une bouteille de coca qui ne fit pas long feu. C’était tout de même carrément plaisant, en plus de nous éviter les frais de transport.

 

Ainsi se termine nos péripéties. On est arrivé sans encombre à Hokkaidou, on a pu voir le festival de la neige, et on a dormi dans un hôtel capsule jusqu’à notre retour en avion cinq jours plus tard. Entre temps, on a fait du tourisme au alentours (neige, glace, neige, glace, fabrique de bière), on a vidé un restaurant de viande à volonté (2 fois) et leur réserve d’alcool parce que y avait boisson à volonté aussi, on a été un peu pompettes, et surtout on a bien ri.

dimanche, janvier 25 2009

Student communication













Bon, inutile de vous dire que je n'ai aucune excuse valable pour une absence de presque un mois!? De toute façon vous ne me croiriez pas, alors je n'essaie même pas.



Il ne s'est rien passé de fantastique pendant un mois... j'ai récupérer une guitare pour 2000 yens, j'ai bosser un peu plus que d'habitude vu qu'on a des examens de fin de semestre, et en dehors de ça j'ai glandé et préparé mes vacances! \o/


Et à part mon quotidien de japoniaiseries.... le foot US me manque, je suis impatient de reprendre les entraînement, même si je n'ai aucun contact avec l'équipe en dehors du terrain.


Voilà, la prochaine note arrive bientôt cette fois-ci!







vendredi, décembre 26 2008

Forever geek: Otaku reloaded

C'est fait, j'ai fini une note! Comme je l'avais dis, j'avais décidé de faire une note plus chiante à dessiné, et j'ai fais pire que je pensais. En plus noël fut joyeux, mais long, et je me suis enrhumé sous la clim' du karaoke. Alors désolé pour le retard tout le monde. J'espère que vous avez tous passé un joyeux nouwel et reçu plein de cadeaux pour tenir jusqu'à l'année prochaine. ^ ^


J'ai décidé de me remettre aux copics aussi parce que l'aquarelle c'est lourd parfois... mais d'ici un moment je pense que je vais mélanger les deux sûrement. Par contre, qui dit pas de cours dit pas de scanner, alors c'est du photoscannage tout pourri.














Voilà... j'ai ainsi donc failli m'acheter une PSP pour un seul jeu... mais (pour l'instant) j'ai résisté. En compensation, je me suis contenté de quelques "potions" avec des artworks qui poutrent. Les noirs ressemblent à du docteur Pepper, et les blanches du sprite avec peu de gaz.


D'un côté:


De l'autre:


C'est tout pour le moment, je vais me mettre à faire le ménage maintenant tiens... cliquez sur les dessins si vous n'avez rien suivi. Et comme ça vous saurez quel est mon FF préféré. =)

dimanche, décembre 7 2008

The branleur strikes back!

Youhou voilà que par ce beau dimanche je me remotive à poster! /o/

Alors pour faire court, je n'ai évidemment aucune raison valable de ne pas avoir poster ces deux dernières semaines. Maintenant que le championnat est terminé et que les entraînements sont en pause jusqu'à février, je me suis laissé aller à la glande totale.



Ainsi voilà donc le premier post visant à vous introduire à la toute puissante culture nippone!  Leçon du jour: dire bonjour!


S'il y a bien un mot que tout le monde pense connaître en japonais, c'est bien celui-là.  "konnichiwa", si on a de la chance, ou "Connichonwaaa" pour les fans de comédie française.

Pourtant, si la traduction est formellement correcte, ce mot est totalement inutilisé au pays des sushis. Si vous voulez montrer la profondeur de votre intérêt pour sa culture à un japonais, et ainsi passer pour un "bon" gaijin, suivez l'exemple suivant (attention deux variantes possibles!)



A noter que les rôles sont interchangeables. Voilà, au Japon on gagne du temps, plutôt que d'attendre de s'emmerder pour parler de la pluie et du beau temps, on fait ça d'emblée. Vous n'avez plus qu'à essayer avec vos voisins japonais ou dans le restaurant de sushis le plus proche.

Et pour finir, si c'est la mi-saison choisissez une variant au hasard, de toute manière tout les japonais ont l'air idiots à cette période de l'année.



That's all folks. Et n'oublions pas l'anniversaire de notre ami Francis aujourd'hui!

lundi, novembre 24 2008

2 mois!

Voilà, ce week-end ça a fait deux mois que je suis arrivé au Japon. Et en tirant un premier bilan, c'est vraiment bon! Ca change tellement d'il y a quatre ans: tout va bien, pas de compte à rendre à des paranoïaques de tous bords, pas de restriction sur la boisson(!), pas d'uniforme, et une bourse pour étudier ce que j'adore... J'ai pu faire la connaissance de plein de monde, traîner avec des suédois tout le temps, acquérir un autocuiseur à riz qui fait de la musique, faire plus de foot US en un mois et demi qu'en un an chez moi, voir un p'tit chat mort, faire plein de cours de japonais, manger à en exploser pour pas cher, chanter faux comme un fou dans les karaoke, et plein de choses que j'oublie.

En plus ces deux dernières semaines j'ai un peu laisser le foot US de côté, et je peux plus bosser et sortir. D'ailleurs ce week-end a été prolongé puisqu'aujourd'hui lundi c'était jour férié, et je n'en n'ai rien manqué... ce qui va me forcé à sortir moins les semaines prochaines par contre. Je suis sorti avec les frenchies de la fac, avec des potes japonais, allé chez mes anciens parents d'accueil (Ishikawa), voir mon équipe de foot US gagner leur dernier match sous une pluie battante, puis enchaïné avec un karaoke pour finir le week-end.

En gros tout se passe bien. Mais faut bien avouer que tout le monde me manque quand même, et recevoir des invitations pour des fêtes cette hiver ça me rappelle que je pourrai pas être partout... Gardez m'en pour l'année prochaine! =D

Je vais tenter de me remettre à dessiner avec des thèmes plus marrants et universellement parlants. De toute façon il fait un temps bien pourri ici. Amusez-vous bien jusqu'à la prochaine fois.



Pour changer, c'est colo photoshop/souris



mardi, novembre 18 2008

Chez les Nakatsuka



Bonjour le monde. Voilà, rien de neuf, troisième semaine de toux mais le reste va bien. On a plein de tests en ce moment, mais mise à part ça vive le karaoke et les bars le week-end /o/ (et byebye les sous qui partent avec)

jeudi, novembre 13 2008

super star shrimp kung fu parade

Samedi passé:


Voilà voilà, un dernier strip américain... et oui dernier, puisque je ne suis pas sorti. "Malheureusement", personne ne s'est blessé... mais le numéro la leur a bien mise dans le c**! Il était effectivement impressionnant. Receveur, mais aussi kicker et returner, il a marqué un touchdown sur un retour de kick-off après avoir couru 80 yards... et paf, score final 14-7 pour l'université adverse, grillant les chances de l'équipe. Au moins je suis sur que je n'y suis pour rien.

Ainsi donc, le dernier match ne sera plus qu'une chance pour les 4ème année de faire une sortie sur une victoire.


A part ça, la vie suis son cours. Je ne suis pas allé aux entraînements du tout cette semaine, j'ai encore de la toux qui persiste, et je me reconcentre sur le reste. Ainsi, depuis hier, j'ai fait l'acquisition d'un autocuiseur à riz, et aujourd'hui une poêle, me mettant à la cuisine! Palpitant quoi.


Allez, je fais encore court cette fois-ci, et je referai bientôt des news plus centrées sur les trucs marrants à savoir sur le Japon.


et joyeux anniversaire à Clément "crevette" Shika.